Version imprimable

Current Size: 100%

Les légendes des menhirs de Carnac

Culte religieux, site astronomique ou armée de pierres ?  La fonction des alignements demeure encore un grand mystère. Des légendes n'ont pas tardé à se répandre pour expliquer l'origine des alignements.

 

La légende de Saint Cornély

Saint Cornély

Saint Cornély était pape à Rome. Persécuté par un empereur romain, il quitta la ville accompagné de deux bœufs qui portaient ses bagages et lui servaient de monture, lorsqu’il était fatigué. Poursuivi par les soldats Romains, il s’enfuit à travers la Gaule vers les pays du soleil couchant. Arrivé dans la région Carnacoise, il pense s’arrêter au village du Moustoir où les gens l’ont bien accueilli. Mais entendant une jeune fille blasphémer et insulter sa mère il reprend sa course fugitive.

Il parvient au sommet d’une colline. Devant lui, l’océan qui lui coupe la route, derrière lui, l’armée de ses poursuivants. Alors, il se retourne et levant la main vers le ciel, il transforme les soldats Romains en pierres.

A l’endroit où il s’arrêta fut édifiée une église en son honneur et l’on donna le nom de Soudarded Sant Kornely (Soldats de Saint Cornély) à ces longues rangées de menhirs où, dit-on, "les jours de tempête leurs âmes viennent encore rôder".

 

A... comme alignements

Ces pierres alignées sont des soldats transformés en pierres par Saint Cornély ; elles ne bougent qu’une fois l’an. La nuit de Noël, à minuit, elles vont boire dans les ruisseaux voisins, et malheur à ceux qui rencontreraient leur chemin : ils seraient tous écrasés.

Sous beaucoup de ces pierres il y a des trésors cachés, mais tous ceux qui ont voulu les chercher sont morts. Quelques menhirs isolés, dispersés aux alentours, sont des soldats attardés et transformés en pierre là où ils se trouvaient. L’un d’eux était resté au village de Kerlann, boire du cidre doux dans une ferme, et n’avait pu rejoindre ses camarades.

 

Culte religieux

Monuments religieux, les alignements seraient liés à des cultes sacrés au néolithique. Les peuples sédentaires de l'époque connaissaient les techniques pour déplacer de lourds blocs de pierre, à l'aide de rondins et de corde. Ils érigèrent leurs nécropoles pour le culte de leurs morts : dolmens, cromlec'h et menhirs formèrent des sanctuaires sacrés.

 

Calendrier pour l'agriculture

La disposition des menhirs en files parallèles laisserait penser qu'à certaines périodes de l'année, le soleil donnerait des précisions sur l'agriculture.

Nombres d’hommes ont entamé des recherches sur ces sites et ont découvert que, selon les saisons agricoles, le soleil venait frapper les pierres. On en conclut que ces alignements de pierres étaient un calendrier géant qui précisait les périodes importantes de l’agriculture et formait un moyen de déterminer le temps pour pouvoir se nourrir, l’agriculture étant la principale source de nourriture à l'époque du néolithique.

 

Calendrier astronomique

Les mégalithes correspondraient, de part leur disposition, à des phases lunaires précises. Le Géant du Manio à Carnac, permettrait à certaines périodes de calculer la position des astres. Des études ont également démontré une correspondance entre les alignements de menhirs et la position du soleil aux soltices et équinoxes. Tous ces menhirs auraient donc pu être placés de façon à étudier le ciel, ce serait donc un observatoire astronomique de plusieurs kilomètres.

A noter que les pierres dressées servaient autrefois de repères visuels aux marins lorsqu'ils naviguaient près des côtes.

 

La légende des Korrigans

La légende des Korrigans raconte que de nombreux êtres du petit peuple ont élu demeure dans les menhirs et dolmens de Carnac. Les "Kérions" ou encore "Korrigans", farceurs mais aussi très riches, grouillaient dans les landes et forêts. D'une force extraordinaire, ils auraient remué toutes les pierres, formant alors les célèbres alignements.

 

Le mystère n'ayant pas encore été levé, nous laissons chacun se faire sa propre opinion et imaginer toutes les croyances possibles !

  • Français
  • English
  • Deutsch